Le plus haut sommet du Monde

Ce n’est pas parce que ce sont des romans pour les jeunes (6-11 ans) que Les aventures de Clarinette et Flûtinette ne doivent pas avoir de grands objectifs.
Allier l’intérêt de la connaissance (la géographie dans Le plus haut sommet du monde) à l’aventure, par exemple, et l’une des constantes des péripéties de Clarinette et Flûtinette. Les deux petites héroïnes doivent savoir joindre à leurs caractères intrépides, la capacité d’obtenir des renseignements auprès d’universitaires pour résoudre des enquêtes… (Les 3 “P”). La littérature et la science !

 

Photo, Jean-François Gornet

Dans le livre, elles rencontreront des Autochtones qui les guideront sur la montagne (des Sherpas dans l’Himalaya, bien sûr !). Des camarades de leur âge viendront aussi à leur secours, elles pourront échanger avec un petit garçon bilingue en anglais, Flûtinette comprendra l’intérêt d’apprendre les langues. Parce qu’il faut en avoir des connaissances pour affronter une dictature. Ce sera leur lot dans Le plus haut sommet du Monde, rien de moins !

Le roman commence par un rassemblement familial, où toute la famille est installée autour de la vieille table de chêne. La grand-mère de Clarinette et Flûtinette, Coriguette, l’une des rares personnes de la famille qui n’aime pas l’aventure, se met à parler, en fin de soirée, de l’un de ses rares voyages et d’une civilisation perdue dans les montagnes de l’Himalaya. Clarinette et Flûtinette auraient dû être couchées et ne pas entendre…
Mais elles vont chercher à en savoir plus, le mystère est total, puisque cela se passerait il y a bien longtemps, très près de l’Everest le plus haut sommet du monde… et dans la partie chinoise qui reste encore peu explorée!
Clarinette et Flûtinette doivent aller voir ce qui se passe. C’est vrai que chez elle, le virus de l’aventure est prompt à se manifester…




 En version Kindle : Le plus haut sommet du Monde  (site d’AMAZON)